Retour sur l’expérience Bullet Journal

Il était une fois…

L’organisation et moi… Revenons sur les tentatives du passé.
Ai-je un problème avec les agendas ?
Sortie des études où ils me servaient à noter les devoirs à rendre… c’était clairement l’anarchie.
Le petit agenda que nous remettait mon oncle chaque 1er janvier, était désespérément vide. Et lorsque j’en avais besoin, je ne l’avais évidemment pas avec moi… je vivais en mode post-it et surtout, je crois que ma tête n’était pas autant en surcharge d’informations (on cause de la charge mentale des femmes ?) qu’aujourd’hui…
Plutôt visuelle, j’ai toujours beaucoup mieux fonctionné avec les calendriers muraux sur lesquels je notais les différents rendez-vous dans leurs petites cases. Avec des stickers pour indiquer l’activité (médecin, sport, fêtes….) ou le membre de la famille concerné.
Je pense chaque année que je devrais repartir sur ce système ne serait-ce que pour que l’ensemble de la famille soit au courant des activités et obligations de chacun.
On notera que je n’ai pas opté pour cette organisation cette année encore mais à la réflexion, il est bien encore temps de redresser la situation… (et je le note dans mon agenda…)

Si vous remontez dans les articles du blog vous y trouverez une petite introduction au Bullet Journal.
J’ai utilisé un bullet journal pendant au moins trois ans. J’ai vraiment adoré cette expérience, jusqu’à me rendre compte que j’étais extrêmement frustrée de ne pas avoir le temps de l’organiser et de le compléter comme je le souhaitais.
La part de temps artistique que je pensais pouvoir y consacrer s’est très vite réduite à zéro !
C’est vrai, on voit tellement de choses formidables sur les blogs et sur Instagram, que oui, j’aurais aimé avoir la possibilité d’en faire autant… On rejoint ici cette problématique de trouver du temps pour tout et de rajouter du temps au temps qui m’a obsédée tout 2018…
Mais surtout, mon bullet journal était envahi par mon travail. Ce qui est sans doute un peu normal mais qui ne correspondait pas à ce que j’attendais d’un outil que j’estimais beaucoup plus fun et qui dans mon esprit devait surtout gérer ma vie en dehors du travail… (est-ce que j’ai finalement une vie en dehors ??)

Aussi en 2018, j’avais opté pour une organisation à 3 (4) bujos. Une idée forcément géniale mais un travail de titan.
Il y avait mon bullet journal personnel et familial, un bullet journal pour la tenue de la maison (en mode Flylady) ainsi qu’un bullet journal pour mes projets (et un bullet journal pour mes activités professionnelles qui lui s’est bien maintenu car en mode minimaliste et austère… forcément).
Cela a fonctionné un temps avant de frôler la schizophrénie…
et sur les six derniers mois de l’année 2018, je n’ai finalement utilisé que le carnet perso que j’avais le temps de préparer a minima chaque semaine. Mais en mode tellement minimaliste que je m’en sentais malheureuse. J’en ai même oublié de le préparer certaines semaines…
Le bullet journal m’a appris beaucoup et je ne le déconseillerais à personne car c’est une très belle expérience.
Et je pense que j’y reviendrai un jour, d’autant que mon organisation actuelle s’en inspire beaucoup même si j’ai laissé le soin à d’autres de préparer la forme.

Pour se lancer dans un Bullet Journal, il faudra toujours se rappeler d’une chose…
C’est que l’origine de la méthode consiste à poser sur le papier chacune de vos tâches pour chaque jour. Chaque matin, chaque soir… vous créez votre journée…
Certes la vitrine qu’on peut nous proposer est celle un journal plutôt élaboré… et c’est certainement ce qui fait baisser les bras à plus d’un avant même d’avoir commencé…
Souvenez vous que concevoir un bullet journal comme un carnet d’artiste est une chose… mais c’est juste ce qu’il PEUT être… pas ce que vous en ferez…

Bonne journée