et toujours des carnets… (suite et fin… jusqu’à la prochaine fois…)

Mon quotidien est celui des carnets…


En dehors de l’agenda, vous trouverez toujours dans mon sac au moins deux carnets.
Sur ma table de travail, ils m’accompagnent soit en mode sérieux aux couleurs brunes soit colorés et plus funs… selon les sujets, qu’ils sont censés soutenir…

Pour leur grande majorité, mes carnets sont tous des carnets lignés Moleskine. Ils sont vendus en set de trois, font chacun 80 pages, et ce que j’adore, c’est le fait que les 16 dernières feuilles sont détachables. Comme ils sont en format A5 (13×21 cm), ils entrent parfaitement dans le sac sans être ni trop petits ni trop grands ni trop épais.

Vous y trouverez ainsi mon carnet de suivi alimentaire, dans lequel je note mes repas et mes ressentis. Je vis des moments un peu compliqués avec mon corps et mon poids ces derniers mois et c’est un des conseils que j’ai reçus pour essayer d’avancer et de modifier peu à peu mes habitudes…


Il y a le carnet de notes, celui où je note les choses à ne pas oublier durant la journée, qui contient toutes les notes prises durant les réunions au lycée… et c’est là que je plussoie à l’utilisation des pages détachables, il me permet de partir légère pour mes rendez-vous extérieurs, et de noter en toute sérénité les éléments dont j’ai besoin avant de détacher la page et de l’insérer dans mon cahier de réunion.

Auparavant, j’avais également un carnet d’adresses pour m’y référer et y noter les adresses et numéros de téléphone mais… les smartphone font très bien le travail aujourd’hui… mais c’est un autre problème… combien de numéros de téléphone connaissons-nous encore par cœur ??

Se glisse de temps à autre un autre carnet du même type, dit « mon carnet de blogging ». J’y note ma progression sur ce blog, ma réflexion sur sa migration prochaine sur OVH et son changement de nom. Les choses qui me sont arrivées durant la semaine et qui pourrait faire l’objet d’un article voir de stories ou posts sur les réseaux sociaux… et mon envie de m’orienter vers une newsletter pour partager en petit comité, les photographies à faire (celles pour lesquelles on n’a jamais la bonne luminosité quand on y pense à 19 heures en plein hiver…)… Bref, toutes ces envies de partage pour lesquelles je trouve trop peu de temps…


Ce carnet est le petit frère d’un cahier Moleskine que j’ai commencé en novembre-décembre pour travailler ma reprise des podcasts… qui n’arrive pas… je sais… Ces cahiers dits cahiers de cours sont, eux, vendus par deux. Ce cahier me permet de travailler mes envies pour le blog avec plus de profondeur et de préparer des séries d’articles comme celle-ci. Sa structure a été déstabilisante au début avec ses 5 espaces délimités sur une page mais j’y trouve mon bonheur… Et toutes ces envies qui évoluent, mutent avant de prendre forme (ou pas… pour le moment…)

J’ai quelques carnets beaucoup moins sobres ou sérieux…
En mode plus lumineux, mon carnet mandala est sans doute le mieux tenu, il contient mes notes « de cours » de développement personnel. J’aime la douceur de sa couverture et ces mandalas extrêmement fins que je peux colorier en relisant mes cours.

L’autre petit carnet, cadeau dans un magazine FLOW avec ce si joli soleil et ses nuées d’oiseaux suit mes rituels de lunes.
Il y a aussi dans mon tiroir, un gros carnet noir Leuchtturm 1917., le même que celui de mes bullets journals sauf qu’il est ligné…!! C’est mon livre des saisons. J’y note mes envies, des recettes dans l’esprit des traditions et du rythme des saisons, les évènements à célébrer, des articles qui m’ont touchée et que je veux conserver… A mi-chemin entre le journal intime et le scrapbook. C’est un de mes carnets préférés, parce que sans doute plus proche de toutes mes aspirations.


Je ne vous parlerai pas des milliers d’autres carnets gribouillés puis mis de côté… Des débuts de romans, des nouvelles, des poésies écrites sur des cahiers d’écolier, doucement endormis, sur lesquels je rêve de coucher d’autres mots… Pas assez de toute une vie peut-être…

J’ai longtemps pensé que je n’étais pas une fille à carnets. Mais j’en suis une. Autant l’accepter !!!


En conclusion de cette série d’articles quelles sont vos habitudes en matière d’agenda, d’écriture ou de carnets ? Les lignes qui suivent sont à vous : n’hésitez pas à vous raconter !

My 2019 de Myagenda365

On continue l’aventure…

J’ai donc commencé l’année avec cet agenda multi-fonctions sous forme de semainier (moi, l’adepte du « une page pour chaque jour » !!).
Instagram m’a fait découvrir ce joli agenda dans le courant de l’année 2018. Je crois que je l’avais aperçu un peu avant mais sans avoir vraiment accroché. Je n’ai pas craqué tout de suite,… j’ai longtemps traîné sur la page de la boutique. Lu attentivement les articles et observé différentes vidéos qui présentaient cet agenda.
Je n’avais pas envie de faire le mouton et de l’acheter pour « faire comme tout le monde ».

Puis l’agenda est arrivé après une longue réflexion sur ce que j’attendais de mon organisation mensuelle et quotidienne et sur la nécessité de ralentir que je me susurrais à l’oreille régulièrement… et à cette occasion, j’ai été ravie de pouvoir soutenir cette entreprise française en achetant cet agenda en papier recyclé (et en vous le recommandant aujourd’hui). Vous pouvez vous aussi trouver les quelques agendas encore disponibles sur la boutique Etsy.

Ce qui m’a séduit dans cet agenda, ce sont, d’abord, ses multiples couleurs – j’ai choisi un joli marron – et sa couverture texturée qui réveille mon toucher chaque fois que je le saisis pour y inscrire quelque chose. C’est comme un signal… une palpitation…
Je le perçois comme un bullet journal pré-imprimé plus que comme un agenda classique, ce qui permet d’aller à l’essentiel et me libère du stress de créer la matrice de mon mois ou de ma semaine. Mais aussi c’est aussi un guide d’organisation, qui aide à replacer certaines tâches à leur juste place.
Pour chaque mois, on trouve un calendrier pour avec une vue d’ensemble du mois, et une double page de to-do list pour organiser son mois, ne pas oublier et déterminer ses objectifs. Je dois dire que pour Janvier « j’ai eu les yeux plus gros que le ventre » : il faudra réduire la voilure en février en poursuivant sur le même thème qui me tient à cœur en ce moment. On y trouve aussi un tracker qui permet de suivre certaines activités.

Puis l’agenda se transforme en semainier avec un espace pour inscrire le focus de la semaine et apprécier une petite phase d’inspiration inscrite en tout petit en bas de la page de gauche. Il y a aussi une petite to do list qui décline celle du plan mensuel élaboré auparavant.

On y trouve des pages d’organisation avec une double page pour l’année complète, un emploi du temps, des pages de développement personnel permettant d’élaborer un bilan de l’année, un projet de vie, des objectifs, une roue de satisfaction, une explication d’un système de gestion des priorités et une proposition d’ateliers à mettre en place chaque mois et des pages thématiques pour noter les anniversaires, les envies, les livres, les films, la gestion du budget, pour rêver et préparer les voyages, noter les contacts, traquer les objectifs, l’humeur…. et des planches d’autocollants…

Pour mon organisation, je trouve que depuis les 15 derniers jours, il se dégage un équilibre entre le boulot, la vie familiale, les choses à faire et les temps que je m’accorde pour mes activités et mes envies. ( à suivre !!)
J’arrive à me tenir à ce temps où je me pose pour visualiser la semaine à venir… C’est généralement le samedi matin lorsque je prépare les menus de la semaine avant de partir au marché et que je retranscris sur le papier les réunions boulot prévues et les temps forts du week-end. J’aimerais pouvoir le rendre aussi génial que certains exemplaires qu’on peut voir sur internet… mais pas de pression…
En tout cas, cet agenda est mon point d’ancrage à chaque instant. Il passe de ma table de travail à la maison à mon sac à main puis à mon bureau, à la table du café où je vais déjeuner avec mes collègues avant de reprendre de chemin inverse… un joli lien de complicité qui se tresse…
Et pourtant, les semaines passent si vite… voilà qu’il est déjà temps de préparer le mois de février…

Retour sur l’expérience Bullet Journal

Il était une fois…

L’organisation et moi… Revenons sur les tentatives du passé.
Ai-je un problème avec les agendas ?
Sortie des études où ils me servaient à noter les devoirs à rendre… c’était clairement l’anarchie.
Le petit agenda que nous remettait mon oncle chaque 1er janvier, était désespérément vide. Et lorsque j’en avais besoin, je ne l’avais évidemment pas avec moi… je vivais en mode post-it et surtout, je crois que ma tête n’était pas autant en surcharge d’informations (on cause de la charge mentale des femmes ?) qu’aujourd’hui…
Plutôt visuelle, j’ai toujours beaucoup mieux fonctionné avec les calendriers muraux sur lesquels je notais les différents rendez-vous dans leurs petites cases. Avec des stickers pour indiquer l’activité (médecin, sport, fêtes….) ou le membre de la famille concerné.
Je pense chaque année que je devrais repartir sur ce système ne serait-ce que pour que l’ensemble de la famille soit au courant des activités et obligations de chacun.
On notera que je n’ai pas opté pour cette organisation cette année encore mais à la réflexion, il est bien encore temps de redresser la situation… (et je le note dans mon agenda…)

Si vous remontez dans les articles du blog vous y trouverez une petite introduction au Bullet Journal.
J’ai utilisé un bullet journal pendant au moins trois ans. J’ai vraiment adoré cette expérience, jusqu’à me rendre compte que j’étais extrêmement frustrée de ne pas avoir le temps de l’organiser et de le compléter comme je le souhaitais.
La part de temps artistique que je pensais pouvoir y consacrer s’est très vite réduite à zéro !
C’est vrai, on voit tellement de choses formidables sur les blogs et sur Instagram, que oui, j’aurais aimé avoir la possibilité d’en faire autant… On rejoint ici cette problématique de trouver du temps pour tout et de rajouter du temps au temps qui m’a obsédée tout 2018…
Mais surtout, mon bullet journal était envahi par mon travail. Ce qui est sans doute un peu normal mais qui ne correspondait pas à ce que j’attendais d’un outil que j’estimais beaucoup plus fun et qui dans mon esprit devait surtout gérer ma vie en dehors du travail… (est-ce que j’ai finalement une vie en dehors ??)

Aussi en 2018, j’avais opté pour une organisation à 3 (4) bujos. Une idée forcément géniale mais un travail de titan.
Il y avait mon bullet journal personnel et familial, un bullet journal pour la tenue de la maison (en mode Flylady) ainsi qu’un bullet journal pour mes projets (et un bullet journal pour mes activités professionnelles qui lui s’est bien maintenu car en mode minimaliste et austère… forcément).
Cela a fonctionné un temps avant de frôler la schizophrénie…
et sur les six derniers mois de l’année 2018, je n’ai finalement utilisé que le carnet perso que j’avais le temps de préparer a minima chaque semaine. Mais en mode tellement minimaliste que je m’en sentais malheureuse. J’en ai même oublié de le préparer certaines semaines…
Le bullet journal m’a appris beaucoup et je ne le déconseillerais à personne car c’est une très belle expérience.
Et je pense que j’y reviendrai un jour, d’autant que mon organisation actuelle s’en inspire beaucoup même si j’ai laissé le soin à d’autres de préparer la forme.

Pour se lancer dans un Bullet Journal, il faudra toujours se rappeler d’une chose…
C’est que l’origine de la méthode consiste à poser sur le papier chacune de vos tâches pour chaque jour. Chaque matin, chaque soir… vous créez votre journée…
Certes la vitrine qu’on peut nous proposer est celle un journal plutôt élaboré… et c’est certainement ce qui fait baisser les bras à plus d’un avant même d’avoir commencé…
Souvenez vous que concevoir un bullet journal comme un carnet d’artiste est une chose… mais c’est juste ce qu’il PEUT être… pas ce que vous en ferez…

Bonne journée

Commencer l’année et être organisée…

Commencer l’année et être organisée…
C’est sans doute la pire des résolutions… celle que je prends chaque année et celle que je reprends chaque jour sans avoir le sentiment de la tâche accomplie…
D’année en année, je me demande si il s’agit de ma vraie nature…
Est-ce que je suis organisée ? est-ce que j’ai besoin de l’être ? (un peu quand même !!?)
Bref…
Janvier arrive à son terme. C’est un peu l’occasion pour moi de faire une présentation et un bilan de ces petits carnets qui m’accompagnent au quotidien depuis quatre semaines…
Cette année pour me suivre au fil de mes journées, mes semaines, mes mois, j’ai choisi trois « carnets » en format A5 :
– My 2019 de Myagenda365, toujours dans mon sac à main, il passe de mon bureau à ma table à la maison. Je le consulte et le complète plus ou moins tous les jours. Avec un gros temps d’organisation de la semaine à venir, le dimanche dans la journée (histoire de me mettre un petit coup de stress) et le samedi matin pour donner le rythme au week-end… car oui, j’y note aujourd’hui mes obligation de temps de repos !!
– L’agenda de Pratique de Lisbeth Nemandi aux éditions Danae. C’est une longue histoire et la recherche d’un agenda qui répondrait à mes aspirations de vivre au plus près de la nature, des saisons. Sur ma table de travail à la maison, j’y note les orientations de la journée et mes ressentis.
– et un carnet Leuchtturm 1917. Pour noter, les choses qui m’inspirent, faire des listes, noter des projets et lister des collections.

Serai-je plus organisée cette année ? Est-ce que je le veux vraiment ? m’imposer une organisation, me stresse énormément… mais il faut bien répertorier les événement à venir de la vie, surtout ceux qui ne sont pas forcément très chaleureux et amusants…
Au delà, de cela, j’ai besoin de listes pour suivre mes différentes progressions et ce, surtout dans le travail, et pour rester concentrée.
Au bureau, j’ai également un grand cahier A4, sur lequel, je note toutes les actions à mener dans la semaine sous forme de bullet points (coups de téléphone à passer, personnes à voir, dossiers à rendre ou à compléter) puis par jour, j’indique une mission à accomplir dans la journée… une seule. Mon activité étant propice au zapping et au traitement de situations en urgence, il peut être très facile de procrastiner et de ne mener à bien aucune mission…
Aucune de mes journées n’est véritablement sans « surprises », on crée la stabilité et les repères qu’on peut et ça marche…

Dans les jours qui viennent, je vous propose de retrouver plusieurs articles sur l’usage de ces différents agendas avec pour commencer un retour sur mon expérience toute à la fois heureuse et malheureuse du Bullet Journal.

Passez une belle fin de week-end !

S’organiser avec un bullet journal – introduction et inspirations

Bonjour
J’espère que vous allez bien.

Ici, c’est un peu le rush.

Avec les vacances du Loulou, son absence durant 10 jours, j’ai été « un peu » à côté de la plaque durant la première moitié du mois. Et avec le retour de l’ado et la reprise du collège, je suis en mode électro-choc. Comme si j’avais comater tout le temps de son absence…
Gérer le quotidien, le boulot (en mode alternatif burn out / bore out), la maison, l’ado… prendre soin de soi, aussi… mais encore faire des projets et les concrétiser (on a un voyage à préparer si je ne me trompe pas…)

Tout cela demande un peu d’organisation, ne rien oublier, être toujours dans les clous et toujours de bonne humeur…
Depuis quelques mois, j’expérimente le bujo… ou Bullet Journal…il contient -presque- toute ma vie, en tout cas une bonne partie de mes combats quotidiens. Il passe de ma table de travail à la maison à mon bureau et inversement, c’est le fourre tout dans lequel je retrouve tout bien ranger à sa place. Et qui n’indique au quotidien la marche à suivre pour mettre de l’ordre dans mes priorités. Et limiter la procrastination.
Tenir un bujo, s’y tenir… c’est essentiellement l’adapter à ses besoins. Il n’y a pas de recette applicable à tous. En tout cas, nombre de préceptes glanés ça et là, ne s’adaptent pas à mon quotidien professionnel qui est surtout en prospective et extrêmement parasité par des actions à mener en mode zapping (et là, à la longue, si on ne sait pas le gérer, le cerveau bugue !). Mon bullet journal est alors ma bouée de sauvetage ou au mois un phare dans la nuit. Avancer à petits pas mais avancer…
Je ne ferai pas ici un cours sur le bujo idéal car, il n’existe pas ou plutôt parce qu’il n’est pas universel… mon bujo, ne ressemble pas à celui de mes copines et surtout un vrai bujo est vivant toujours en évolution et en mutation…
Mais si vous souhaitez vous lancer dans l’aventure ou l’approfondir, je vous propose quelques pistes que j’ai suivi ou que je trouve intéressantes à explorer…

Tout d’abord, je vous conseille le livre / e-book de Valérie Debrut « S’organiser avec un Bullet Journal », c’est une mine d’informations sur ce qu’est un bujo, les différentes façons de l’alimenter, des conseils sur la façon de l’adapter à vos besoins et à votre logique de vie… et surtout des références pour aller plus loin.
Il y a aussi des « formations bujo », je pense notamment à l’atelier en ligne de Stéphanie Leschiera. Je ne l’ai pas testé mais je sais que j’ai beaucoup apprécié les ateliers et initiatives en ligne qu’elle a l’habitude de proposer. À voir si cet atelier correspond à vos envies et à vos besoins.

Ensuite et surtout, il y a Instagram et sa communauté bujo qui poursuit souvent l’aventure sous forme de blog.
J’ai appris beaucoup ces dernières semaines avec @adybulletjournal que vous retrouver aussi sur le blog
Mes abonnements inspirants sont :
@bonjournal_
@feebujo
@violette.bujo
@bulletbymalin
@pages2plans
@_intosimple
@journalspiration
@plantosucceed
@honeyrozes

Voici pour ce qui serait un petit article d’introduction…
Il est fort possible que je vous reparle de l’évolution de mon bujo dans les mois qui viennent. Certainement aux fils de l’illustration de divers projets…
Et vous, Bujo ? pas Bujo ?

Bonne journée